Enquête CGPME sur la conjoncture juin juillet 2015

enquête conjoncture CGPME été 2015

La situation des entreprises (toutes tailles et tous secteurs), passée ou future, est marquée par
une forte détérioration de l’activité.

Retrouvez les résultats de la dernière enquête de conjoncture menée par la CGPME auprès de ses adhérents en juin et début juillet 2015 :

La CGPME attire l’attention du lecteur sur le trop faible nombre de réponses d’entreprises industrielles et du bâtiment pour avoir, pour celles-ci une statistique fiable.

La situation des entreprises, passée ou future, est marquée par une forte détérioration de l’activité.

Téléchargez les résultats complets de l’enquête ici.

Les grandes lignes de résultats de l’enquête conjoncture :

55% des dirigeants estiment que la situation de leur entreprise d’est dégradée au 2e trimestre 2015, alors que seuls 12% des dirigeants pensent qu’elle s’est améliorée. Les entreprises de commerce de moins de 50 salariés sont les plus touchées par la dégradation de l’activité.

Pour les 3 prochains mois, plus de la moitié des chefs d’entreprise anticipent une stabilité de l’activité. Dans les petites et micro-entreprises les dirigeants sont inquiets : 44% d’entre eux anticipent une dégradation, alors que dans les entreprises de plus grande taille, seulement 9% des chefs d’entreprise pensent à une dégradation de leur activité.

Le recul de la demande adressée aux entreprises devrait se maintenir au 3e trimestre, alors que les prix de vente pratiqués par les entreprises sont en légère baisse.

51% des entreprises interrogées déclarent avoir une trésorerie plus mauvaise que 3 mois auparavant avec de nouveau un impact plus important pour les entreprises de commerce de petite taille.

L’investissement est peu programmé : seulement pour 36 % des entreprises de services et pour 9% des entreprises de commerce.

Les chefs d’entreprises mettent en avant la difficulté à entreprendre en raison des charges économiques et de la réglementation. Certains chefs d’entreprises évoquent même une concurrence déloyale, soit par la vente de produits sur internet, soit, en ce qui concerne les activités culturelles, par l’exercice de prestations gratuites financées par la collectivité.

Les commerçants sont particulièrement affectés par une chute de la demande dans les centre ville.

Téléchargez les résultats complets de l’enquête ici.

 

2017-08-07T10:56:52+00:00